Le sentier côtier

Servitude de Passage des Piétons le long du Littoral (SPPL) à Sarzeau       

 Quelques chiffres :

 7 200 km de littoral en métropole et 4600 km de sentier littoral ouvert au public dont 1 800 km en Bretagne.

A Sarzeau : 56,1 km de côte dont
17,9 km de façade atlantique,
3,7 km d’étier à Banastère,
34,5km de façade golfe (y compris les îles de Brannec, Govihan, Stibiden, Godec et l’île aux œufs), dont 25 km de sentier côtier.

 Histoire du sentier côtier ou sentier des douaniers

Créé sous la révolution, le sentier douanier permettait de surveiller les côtes, lieu privilégié des contrebandiers et pilleurs d’épaves. Jusqu’au début du XXème siècle, les douaniers l’arpentaient, jour et nuit et par tous les temps, pour tenter d’intercepter les débarquements frauduleux. Le chemin demeure, réhabilité depuis les années 1965, pour en faire un lieu de randonnée unique au monde.

Réglementation générale SPPL

 Le sentier côtier sur le golfe et sur le littoral atlantique est destiné à assurer exclusivement le passage des piétons. Les engins motorisés, les cycles et les chevaux y sont strictement interdits.

 Loi du 31 décembre 1976 : les propriétés privées riveraines du Domaine Public Maritime sont grevées, sur une bande de trois mètres maximum de largeur, d’une servitude destinée à assurer exclusivement le passage des piétons.

La Loi du 3 janvier 1986 dite « Loi Littoral » a réaffirmé le droit pour tous d’accéder librement au littoral, notamment par l’obligation d’organiser et de préserver le libre accès du public lors de la réalisation d’opérations d’aménagement admises à proximité du rivage.

Histoire de l’ouverture du sentier côtier du golfe sarzeautin

 L’année 2016 marque la fin des travaux de création du sentier côtier sur le golfe sarzeautin qui offre désormais d’Ouest en Est soit du Logeo à St-Colombier, 25 km de balades et de randonnée à travers des milieux naturels très diversifiés.

Le droit de passage, ouvert aux seuls piétons, passe sur des propriétés privées grâce à la servitude dite SPPL, Servitude de Passage des Piétons le long du Littoral. Le passage est également réalisé sur des domaines publics.

A Sarzeau comme sur l’ensemble du Golfe du Morbihan, les cas de suspension ou de contournement de la servitude de passage sont essentiellement dus à la présence des chantiers ostréicoles et des sites d’intérêts écologiques (faune, flore, habitats : Natura 2000). Pour ce dernier cas, certaines portions ont fait l’objet de suspensions afin notamment de préserver la quiétude des oiseaux (marais du Duer, baie de Truscat, pointe de Bréhuidic) ; des solutions alternatives sont proposées afin de permettre la continuité du cheminement.

Sur la côte du Golfe du Morbihan, les chemins sont fragiles et souvent soumis à l’érosion. La végétation et les nombreuses espèces d’oiseaux de ces zones fragiles et sensibles protégées peuvent être perturbées par le passage des promeneurs.

Pour des raisons de préservation de la nature, de sécurité et de fragilité des sols, les piétons ne doivent pas s’écarter du chemin tracé. Les promeneurs empruntent ces sentiers sous leur responsabilité, doivent veiller à ne pas prendre de risques inutiles et respecter le travail de la commune qui entretient ces sentiers.

Le premier itinéraire côtier officiel sur le Golfe a été ouvert en 1992. Il s’agit du sentier de 900 ml existant en arrière du marais du Duer.

En 14 ans, de 2002 à 2016, 16 km de sentiers côtiers ont été ouverts au public pour une dépense d’environ 765 000 € couverte essentiellement par le département et la commune puis par l’État.

L’ouverture du sentier côtier est issue d’un travail tripartite concerté entre les services de l’État, le service espaces naturels sensibles du Département et le service environnement de la commune en lien avec les propriétaires privés et les ostréiculteurs.

Chronologie des secteurs ouverts de 2002 à 2016

2002 : Brillac à la Pointe de l’Ours (3,5 km) – 48 000 €
2006 : Kerollet à Bernon (1,3 km)  – 41 000 €
2007 : Kermaillard (limite St-Gildas-de-Rhuys) au port du Logeo (2,7 km) – 68 000 €
2010 : Kerassel à Bréhuidic (900 ml) – 36 700 €
2012 : Saint-Colombier près du marais du Duer (150 ml) – 10 000 €
2012 : La pointe de Bernon (1,2 km) – 54 000 €
2013 : Gradavad (900 ml) – 33 000 €
2013 : Le Duer-Kergeorget (1,2 km) –  115 000 €
2013 : Le Lindin (450 ml) – 22 000 €
2013 : le Ruault (1,4 km) – 57 600 €
2013 : Bénance (600 ml) – 36 800 €
2014 : Fournevay (Menglio) – Le Ruault (900ml) – 67 000 €
2015 : Installation d’une passerelle au pont du Menglio (16ml) – 20 000 €
2016 : Corn-er-pont (300 ml dont passerelle de 60ml) – 79 000 €
2016 : Installation d’une passerelle à Porh Guillas (40 ml)  – 55 000 €
2016 : Installation de platelages à Kermaillard et à Gradavad – 20 000 €

Partager cette page sur :