Un jardin à deux facettes

Si le sud du jardin est d’une conception classique (parterres à l’anglaise avec vivaces et graminées, terrasse, cour et verger d’arbres et d’arbustes fruitiers), le nord est quant à lui constitué d’un mini-conservatoire d’espèces locales  et d’un kiosque créant un espace de détente ombragé et au sec!. Le mini-conservatoire est composé de pommiers : Transparente  de Consels, Reinette Clochard, Reinette grise du Canada; des poiriers: Louise bonne d’Avranches, Conférence et Ducs de Bordeaux, de 3 pieds de vigne locale (Oberlin, Noah et Baco restant à implanter en remplacement du Chasselas) et de petits fruitiers.

La partie nord du jardin Lesage est en constante évolution depuis la restauration du jardin en 2012. Cet espace est dédié plus particulièrement à la sensibilisation à l’environnement et au développement durable.

Ainsi, plusieurs aménagements ont vu le jour récemment avec l’installation d’un composteur, de 3 bacs potagers surélevés collectifs et d’hôtels à insectes. Le service espaces verts y expérimente également depuis cette année le concept du « jardin en mouvement ».

Les hôtels à insectes et les bacs potagers ont été mis en œuvre à l’aide du service espaces verts et remplis puis plantés par les enfants des écoles de la Presqu’île de Rhuys dans le cadre des animations périscolaires. Les enfants se retrouvent chaque année en fin d’année scolaire pendant environ 5 semaines dans le jardin Lesage pour des animations sur le thème du jardin et entretiennent les installations.

Le composteur

Le compostage est un processus de transformation des déchets organiques en présence d’eau et d’oxygène par le biais de micro-organismes. Il peut être réalisé en tas ou en composteur. Le produit obtenu (compost) est un amendement très utile pour le jardinage.

Le compostage permet de recycler les déchets organiques (déchet d’origine végétale ou animale) afin de les transformer en compost. Ce compost peut ensuite être utilisé comme engrais naturel, afin d’enrichir le sol où il est épandu.

Guide du compostage

Les hôtels à insectes

Les insectes sont des animaux reconnaissables grâce à leurs six pattes et leur corps en trois parties (tête, abdomen et thorax). Aujourd’hui, 1.3 millions d’espèces ont été décrites et existent encore.

Un hôtel à insectes est un abri utilisant des matériaux variés permettant d’accueillir différentes espèces animales. Les insectes viennent s’y abriter afin de se protéger du mauvais temps, passer l’hiver et se reproduire au printemps. Les hôtels à insectes sont destinés à certaines espèces (mais d’autres viennent aussi s’y abriter). On y trouve :

  • des abeilles solitaires (osmies) et des bourdons qui participent à la pollinisation ;
  • des coccinelles, des syrphes et des chrysopes dont les larves dévorent les pucerons ;
  • des cloportes qui oeuvrent à la décomposition des matières organiques, au renouvellement du sol et à son enrichissement.
  • des perce-oreilles qui se régalent des pucerons.
  • des carabes qui se nourrissent de limaces et de taupins.

Le jardin en mouvement

Selon le créateur du concept, Gilles Clément, le jardin en mouvement est un nouvel état d’esprit du jardinier qui doit ‘conduire à observer plus pour intervenir moins’. La nature occupe donc une place prépondérante dans ce jardin en constante évolution.

 Faire le plus possible avec, et le moins possible contre ». Toute la notion d’entretien et de gestion est alors bouleversée. Place à la nature, à son équilibre et à la biodiversité !

Avec ce concept, le jardinier ne maîtrise plus la nature, mais se laisse guider par elle.

Outre l’observation, le jardinier doit agir en accord avec la nature en maintenant, voire en favorisant, la qualité des éléments fondamentaux qui composent la biologie d’un jardin c’est à dire, la terre, l’eau et l’air.

Avec cette approche, l’usage de machines est évité au maximum, l’emploi de pesticides est évidemment proscrit et les dépenses en eau limitées. Le concept de ‘Jardin en mouvement’ se réfère donc parfois au terme de « gestion différenciée » qui consiste à appliquer des soins différents à chaque espace du jardin.

Les gestes d’entretien ne seront donc pas les mêmes et n’auront pas la même intensité selon les zones, limitant ainsi l’intervention humaine pour laisser plus de place à la Nature.

 

 

Localisation

Partager cette page sur :